Nuit un peu agitée. Patrick se réveille a 00:48 et me dit "bon allez on se lève, faut y aller là". Heu Parick on ca se recoucher il n'est pas encore l'heure là...

Nous quittons Paksane de bon matin pour reprendre notre route qui dit nous mener à Phone Saban. Après une cinquantaine de kilomètres sur une route nationale un peu ennuyeuse et une partie tres poussiereuse (route fermee par temps de pluie) un petit arrêt pour acheter un an ananas pour le petit déjeuner, nous arrivons à l'intersection qui va nous permettre de prendre un petit "raccourci" par un chemin de traverse...
Mais une fois de plus, nous tombons sur un militaire qui nous barre l'accès...
On a déjà du parcourir plus de 200 kms supplémentaire a cause d'un autre barrage donc cette fois ca suffit. On lui dit de baisser au sol son fil qui lui sert de barrière et on passe quand même. D'autant plus qu'il n'a pas de fusil d'assaut avec lui.
Nous voilà donc dans la "Restricted Area" en territoire Mongh.
En discutant avec un français la veille au soir, on a compris que les Monghs (minorité ethnique au Laos) étaient chassés de leur terres en vue de l'exploitation de mines sur leurs terres. Cette zone interdite aux étrangers compte d'ailleurs beaucoup de prisons et de camps de détention... Les Monghs résistent mais apriori peu de détails filtrent...
Nous traversons donc un barrage ainsi qu'un dédale de route à flanc de colline. Nous nous y perdons dailleurs quelques dizaines de minutes avant de retrouver le bon chemin.
Et quel chemin...
Il nous faut passer un tronc couché sur la route ou seule une moto peut passer. je reste un peu bloqué au sommet...

Nous empruntons ensuite le long de la rivière un chemin plutot boueux et très peu praticable. Ce qui me permet de me retrouver perché sur un talus avec la moto afin d'éviter la chutte dans la boue (merci encore Patrick d'être venu m'aider à redescendre).

20151121_082911

Patrick se retrouve lui meme au sol quelques mètres plus loin, pris dans les ornières de boue...

FullSizeRender

Puis incident mécanique. Câble d'embrayage cassé pour Patrick. Ca ne l'empêchera pas de continuer mais du coup il part et ne s'arrête plus.

On se retrouve à moitié perdus. On se sait pas combien de temps il nous reste pour arriver, ni l'état de la route à venir et Patrick voyant la rivière propose qu'on se baigne. Je le savais inconscient mais la j'ai trouvé mon maître...

 

FullSizeRender_1_

Arrivés à une intersection et ne sachant ou aller, je vais demander mon chemin au village le plus proche (Patrick étant handicapé avec sa moto il ne peut pas trop bouger). A peine arrivé sur place, on me fait comprendre que je ne peux pas aller plus loin. On me demande de descendre de ma moto et de venir dans la maison du chef. Comme je ne parle pas Laotien, on va chercher le prof du village qui parle quelques mots d'anglais (encore moins que Patrick). Finalement j'explique ou je veux aller et on me laisse repartir. Ils nous indiquent le chemin...

FullSizeRender_3_

Nous progressons un peu plus vite à partir de ce moment et la route s'améliore.
Puis devant nous, une rivière... Patrick ne pouvant pas s'arrêter avec sa moto tente le passage direct mais reste coincé le moteur noyé au milieu du guet. Je viens l'aider a pousser sa moto sur l'autre rive. Nous retraversons le guet pour voir ou le niveau est le moins profond. Je préfère confier ma moto a Patrick pour le passage car je ne le sens pas... On a quand même de l'eau au dessus du genou... Cette fois ci ça passe, on s'en tire juste avec les pieds mouillés.

FullSizeRender_2_

Nous traversons ensuite toute une série de tes beaux villages le long des rizières. La zone étant intedite aux étrangers je pense que les habitants sont plutot surpris de nous voir.
Après un dernier passage délicat, je viens désembourber Patrick coincé debout dans la boue avant de moi meme venir m'exploser au sol en voulant éviter une marre de boue. Je me fais mal au coude et au genou mais au moins je ne suis pas trop boueux...
Enfin quelques kilomètres plus loin, à la sortie d'un village, nous tombons sur un militaire armé qui nous demande de nous arrêter. Comme il est armé, on s'arrête...
Il fait aussi venir le prof du village en guise de traducteur. Très surpris de nous voir ressortir de la zone alors qu'il est posté ici pour en interdire l'entrée il nous demande d'où on vient puis fouille nos valises...

FullSizeRender_4_

FullSizeRender_5_

Nous le quittons en échangeant des sourires. Il s'excuse presque. le communisme n'est vraiment plus ce qu'il était...
Du coup il commence a faire nuit et nous nous dépêchons de rejoindre Phobe Saban pour y trouver notre guest house.
Très belle journée riche en émotion et avec d'excellents souvenirs et de belles images plein la tête...